Vous avez perdu l'odorat ? 

LE LABORATOIRE AIMÉE DE MARS SOLUTIONNE L'ANOSMIE (LA PERTE D’ODORAT) LIÉE AU COVID-19

En France, plus de 2 millions de malades du Covid-19 ont été recensés et plus de 46% ont développé des troubles de l’odorat [1]. La start-up AIMEE de MARS lance un programme de rééducation olfactive, 1,2,3 Sentez, avec des odeurs du quotidien faciles à reconnaître, pour aider les personnes à retrouver leur odorat. Ce laboratoire se base sur son expertise dans la création de fragrances 100% naturelles et Made in France. Mais également sur les travaux de recherche qui préconisent un entraînement olfactif, l’unique solution naturelle et pérenne reconnue à ce jour pour lutter contre l’anosmie. La perte du cinquième sens impacte la qualité de vie au quotidien : alimentation, danger, plaisirs... Un handicap que le Covid-19 a amplifié et mis en lumière

46% des personnes atteintes du Covid-19 ne retrouvent pas l’odorat

En France, plus de 2 millions de malades du Covid-19 ont été recensés et plus de 46% ont développé des troubles olfactifs [2]. Une partie d’entre eux ont perdu tout ou partie de l’odorat. Sans compter les anosmies (perte de l’odorat) dues à certains traumatismes et accidents médicaux.

Forte de ces constats, Valérie Demars lance 1,2,3 Sentez, le premier programme de rééducation olfactive pour les victimes du Covid-19 et d'anosmie :

« Lorsqu’une amie m’a demandé de lui fabriquer un kit d’essences naturelles afin qu’elle s’entraîne pour retrouver l’odorat, j’ai été très affectée de constater qu’il y avait un grand nombre de personnes anosmiques, consécutivement à une infection au Covid-19. J’ai échangé avec l’association anosmie.org et étudié les résultats du professeur Hummel médecin-chercheur et Hirac Gurden, chercheur en olfaction au CNRS. Ils sont tous unanimes : retrouver tout ou partie des sensations passe par un entraînement olfactif. Alors j’ai créé un programme spécifique de rééducation olfactive : 1,2,3 SENTEZ. En vous entraînant 12 semaines tous les jours, avec assiduité et volonté, vous augmentez véritablement vos chances de retrouver vos sensations olfactives. »

Valérie Demars,

parfumeur-créatrice du Laboratoire AIMEE DE MARS

Le premier programme de rééducation olfactive post Covid-19

Cette amie qui lui a soufflé l’idée, c’est Edith, victime du Covid-19 contracté en novembre 2020 : « Au bout d’une semaine de rééducation avec le kit j’ai retrouvé des sensations. Après un entraînement de 6 semaines j’avais retrouvé mon odorat. »

Tous ne retrouvent pas complètement l’odorat en 6 semaines. Le laboratoire Aimée de Mars a prévu un protocole de rééducation en 12 semaines minimum basé sur des exercices utilisant des huiles essentielles pour stimuler les neurones et la mémoire olfactive :

Programme 1-SENTIR : 1 senteur par jour pendant 6 jours, à renouveler pendant 6 semaines minimum. Des odeurs du quotidien faciles à reconnaître :

menthe, citron, café, rose, eucalyptus et fleur d’oranger. Il suffit de sentir la touche à sentir, de fermer les yeux et de respirer. Regarder la correspondance entre la senteur et son numéro. Puis noter son résultat sur la fiche de suivi.

Programme 2-APPROFONDIR : Le deuxième kit de 6 autres senteurs plus subtiles permet d’aller plus loin. Senteurs du Programme N° 2 : coco, anis, lavande, vanille, amande, clou de girofle. 1 senteur par jour pendant 6 jours, à renouveler pendant 6 semaines minimum, selon le même protocole que le Programme 1-SENTIR

 

Cette rééducation aux odeurs a comme avantage d'aider les personnes à récupérer un sens de l'odorat plus complet et sans effets secondaires : Face à l’anosmie, seuls les corticoïdes sont prescrits, avec des effets secondaires potentiels comme la rétention d'eau, l'hypertension et les troubles du comportement).

L’anosmie un handicap au quotidien

L’anosmie touche 5% de la population française et 15% souffriraient d'une diminution de l'odorat (hyposmie) [3]. Ces pathologies, mises en lumière par le Covid-19, souffrent d’un manque d’études « La recherche sur l’olfaction, c’est le parent pauvre de la recherche sensorielle » déplore le Dr Arnaud Aubert du département de psychologie et neurosciences de l’université de Tours[2]. Le sens le plus injustement négligé « La perte complète d’odorat ne vaut que 2% de handicap » sur la grille officielle [3]. Pourtant la perte du cinquième sens handicape la qualité de vie au quotidien :

 

  • Le plaisir de cuisiner ou de manger : L'odorat fonctionne avec le goût qui fait aussi défaut en cas d'anosmie car les saveurs se perçoivent en très grande partie par rétro-olfaction.
  • Les odeurs qui alertent du danger : le gaz, la fumée, l'hygiène...
  • Les émotions intenses que procurent l'odeur du corps d'un proche, une brise marine, une forêt...

Autant de plaisirs et d'émotions qui ne remontent plus au cerveau entraînant parfois des troubles alimentaires, des pertes de désir voire de la dépression et du repli sur soi.

« Mais, quand d'un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur goutelette presque impalpable, l'édifice immense du souvenir. »

Marcel Proust, À la recherche du temps perdu. Du côté de chez Swann, 1913.

La start-up AIMEE de MARS ne cesse d’innover

Pour concevoir ce kit créé avec des essences 100% naturelles et fabriquées en France, la jeune pousse s’est entourée de professionnels de santé et a noué un partenariat avec Anosmie.org, la première association française dédiée à l’anosmie.

Elle s’est aussi appuyée sur son expertise maison acquise depuis 5 ans dans la création de fragrances, «l'aromaparfumerie®» : Avec son équipe de 5 personnes, Valérie Demars développe une gamme de parfums naturels à base d'huiles essentielles et d'eau de source de Saint Genulphe.

« Inspirée par grand-mère Aimée et son jardin enchanté, j’ai toujours voulu travailler dans la parfumerie, depuis l’âge de 12 ans. »

Valérie Demars, fondatrice du Laboratoire AIMEE de MARS